Santé et Bien-être

De nos jours, il est essentiel de préserver son capital santé afin d’améliorer son quotidien et son avenir …

 

Mais comment y parvenir ? Comment retrouver la forme, perdre du poids, améliorer son sommeil, ou tout simplement prendre soin de soi, et de ceux qui nous sont proches par des moyens naturels ?

 

Quelque soit votre objectif santé, la naturopathie peut vous aider à atteindre votre but.

Grâce à un accompagnement global et personnalisé, elle permet de rester en bonne santé ou de la rétablir.

Vous trouverez ici quelques un de mes articles thématiques. 

Ils vous apporteront des trucs et astuces pour garder la forme ! N'oubliez pas, la nature nous a tout donné. Il suffit de comprendre comment l'utiliser...

De nouveaux sujets seront postés régulièrement. N'hésitez à revenir sur le site les consulter !

Le sevrage tabagique

Arrêter de fumer définitivement grâce à la Naturopathie

 

«  Ça y est ! Je veux arrêter de fumer ! »

 

Nombreux sont ceux qui ont essayé d’abandonner la cigarette sans vraiment y parvenir.

Entamer un sevrage tabagique que l'on soit grand ou petit fumeur n'est pas chose facile, loin de là…

Pourtant, c’est se libérer d’une dépendance !  … améliorer sa santé ! … retrouver le goût des aliments !

Comment arrêter de fumer avec la naturopathie ?

La naturopathie peut vous aider à atteindre votre objectif.

Elle vous apporte des solutions simples, naturelles et pleines de bon sens pour vous seconder dans votre sevrage tabagique.

Pour vous arrêter proprement et durablement, il faut suivre un programme d'au minimum 3 mois, par paliers, composé de 4 étapes.

Étape 1 : La préparation

 

Oui, arrêter de fumer ça se prépare !

Il faut bien comprendre que cette phase est primordiale. Il va falloir préparer à la fois votre organisme au sevrage mais aussi, et surtout, votre mental…

En effet, les personnes qui fument sont toujours en carence car le tabac puise continuellement dans les réserves. Il faut faire le plein de vitalité en rééquilibrant l’alimentation pour permettre à l’organisme de faire face à la phase de sevrage qui viendra ensuite

Mais il faut surtout travailler sur votre motivation et votre détermination. Il faut passer du « Je veux arrêter de fumer » à « Je veux m'arrêter, je le peux et je le fais !»

 

 

Étape 2 : Le sevrage tabagique

 

Après au moins un mois de préparation, votre organisme et votre mental seront prêts à arrêter de fumer dans de bonnes conditions.

La deuxième étape va donc consister à soutenir votre organisme dans le sevrage.

C’est effectivement la plus délicate, où il est particulièrement conseillé de se faire aider.

Par des méthodes douces et naturelles, vous vous libérez progressivement de votre addiction.

Plusieurs plantes, que ce soit en phytothérapie, aromathérapie, gemmothérapie, sont efficaces pour le sevrage tabagique.

Elles vous seront très précieuses dans toutes les difficultés que vous allez rencontrer.

Au niveau du mental, un soutien important va être nécessaire à cette étape .

Que ce soit grâce à la sophrologie, la relaxation ou d’autres techniques, il est important de ne pas rester devant un obstacle.

 

 

Étape 3  : Le nettoyage de l’organisme

 

La troisième étape va consister à nettoyer l’organisme. En effet, tant que l’organisme est plein de résidus de nicotine, goudrons et autres substance toxiques, c’est comme si vous fumiez encore !! L’organisme a encore ces substances en lui, donc il continue à vous en réclamer. Il est donc impératif de le nettoyer.

Là encore, les plantes et les différents aliments vont pouvoir vous aider. Plusieurs techniques naturelles existent pour nettoyer l'organisme des résidus. Elles vous seront adaptées selon vos souhaits et vos besoins.

 

Étape 4  : La Stabilisation

 

Le plus difficile est passé, il est important maintenant de bien ancrer les nouvelles habitudes pour qu’elles deviennent définitives.

 

Le but étant d’éviter la rechute, il s’agit surtout d’un accompagnement

psycho-émotionnel, avec la gestion notamment la gestion du stress.

Pourquoi vous orienter vers la naturopathie ?

Arrêter de fumer… Avec le mois sans tabac, les médias en parlent beaucoup !

Le tabac, c’est nocif pour la santé, nocif pour le porte-feuille…

Il est vrai que ce ne sont pas les méthodes qui manquent. Entre celles traditionnelles (médecin ou tabacologue) et celles plus naturelles, il est difficile de savoir vers quoi s’orienter.

Alors effectivement, pourquoi aller vers la naturopathie pour un sevrage tabagique ?

Le fait est que la plupart des techniques de sevrage marchent vraiment.

Elles permettent d’arrêter de fumer, mais rarement sur le long terme.

Il faut savoir que le taux de rechute est particulièrement élevé pour les techniques dites traditionnelles. Il s’élève à

47 %.

Or, le taux n’est que de 13 % pour les méthodes dites de médecines alternatives douces dont fait partie la naturopathie.

C’est un sevrage 100 % naturel !

Le fumeur n’a pas besoin de prendre des médicaments pour arrêter la cigarette. Par conséquent, il n’y a aucun risque d’intolérance, de malaises ni d’effets secondaires dus à des produits.

Lors du bilan neuropathique, le naturopathe va chercher à apprendre à vous connaître pour pouvoir établir un plan d’attaque personnalisé.

L’arrêt se fait donc au rythme du fumeur, c’est-à-dire en fonction des réactions de son corps. Il ne risque pas ainsi de souffrir trop durement des symptômes de manque.

De plus, les directives alimentaires mises en place vont empêcher les effets secondaires tels que la constipation ou la prise de poids ; et le maintien de l’équilibre psycho-émotionnel (stress et la tension) diminuent les risques de rechute.

La naturopathie vise à rétablir un mode de vie équilibrée et optimale. Une fois que cet objectif est atteint, le sevrage se fera facilement et naturellement.

Tant que ce nouveau mode de vie est respectée, l’organisme du fumeur ne cherchera pas sa dose de nicotine.

Et pour couronner le tout, la naturopathie ne permet pas seulement d’arrêter de fumer. Tout en facilitant le sevrage tabagique, elle va optimiser la santé générale.

En favorisant une bonne hygiène de vie en effet, elle va également :

  • Éliminer les toxines présentes dans l’organisme

  • Renforcer le système immunitaire

  • Prévenir certaines maladies

  • Augmenter les performances physiques

Si en lisant cet article, vous vous êtes dit : «  Ça y est ! Je veux arrêter de fumer ! », contactez moi, je vous aiderai à atteindre votre objectif !

 

L’Hyperperméabilité intestinale :

source de nombreuses pathologies

La plupart des maladies chroniques et bon nombre de symptômes aigus sont en relation avec notre système digestif, notre flore intestinale et notre alimentation.

Hippocrate, père de la médecine moderne disait déjà en 400 avant JC

« Toute maladie commence dans l’intestin » …

 

Mais avant de parler de dysfonctionnement, il faut comprendre comment fonctionne la digestion et quel est son importance dans notre organisme.

Comment fonctionne notre digestion ?

La digestion démarre dans la bouche grâce à la sécrétion d’une enzyme : l’amylase salivaire. C’est pourquoi mâcher est si important ! Une mastication insuffisante entraîne un surcroît de travail pour l’estomac et les intestins, de la fatigue et une surconsommation d’énergie au détriment d’autres fonctions organiques.

Le bol alimentaire passe ensuite par l’œsophage pour être conduit dans l’estomac.

Il y sera transformé en « chyme » grâce à l’intervention d’enzymes, de sucs gastriques et de brassages ininterrompus.

Le chyme poursuit alors sont chemin vers le duodénum, partie initiale de l’intestin.

 

L’intestin joue un rôle primordial dans notre santé et dans le maintien de celle-ci.

C’est l’organe clé de l’immunité du tube digestif mais aussi de notre défense immunitaire globale. C’est aussi grâce à lui que les nutriments nécessaires au fonctionnement de notre organisme sont absorbés grâce à des milliers de villosités qui tapissent la muqueuse intestinale. .

La muqueuse intestinale est un immense filtre dont le rôle est de laisser passer les nutriments (vitamines, minéraux, acides aminés, acides gras…) et d’empêcher la pénétration de micro-organismes, macromolécules et composés toxiques. La paroi de l’intestin grêle est revêtue d’une couche très mince (4/100 mm), composé par des villosités et microvillosités, très finement plissé. Elle assure une fonction de barrière mécanique vis-à-vis du contenu de l’intestin.

Cette barrière est obtenue par les jonctions serrées (ou liaisons serrées) et sert de bouclier contre les agressions extérieures.

Le péristaltisme, c’est-à-dire les nombreuses contractions de la muqueuse, fait progresser le chyme et le dirige vers le côlon. Le rôle du côlon (ou gros intestin) est de terminer l’absorption à l’aide de nombreuses bactéries et de réabsorber l’eau des matières fécales. Les derniers résidus sont amenés dans le rectum où ils sont éliminés par l’anus sous forme de selles.

Bien-entendu d’autres organes sont indispensables à la digestion.

Le foie est chargé d’éliminer les déchets, le pancréas doit, par sa fonction exocrine, secréter des enzymes pour digérer les protéines, les lipides et les glucides et la vésicule biliaire fabrique de la bile, indispensable à la digestion des graisses.

De multiples flores microbiennes sont présentes de la bouche à l’anus, elles participent à la digestion et à l’immunité. Des déséquilibres au sein de ces flores (dysbiose) entraînent une présence excessive de bactéries pathogènes et occasionnent de l’inflammation.

Qu'est ce que la porosité intestinale?

Lorsque les jonctions serrées ne remplissent plus leur rôle de filtre et sont distendues, la muqueuse devient trop perméable.

L’intestin devient une véritable « passoire », c’est le phénomène d’hyperperméabilité intestinale, ou "Leakey Gut syndrome", littéralement syndrome de l’intestin qui fuit.

Différents toxiques, virus, bactéries pathogènes, grosses molécules alimentaires … vont alors pénétrer pas ces jonctions, pouvant parfois les obstruer, et s’engouffrer dans la circulation sanguine.

Ils vont alors envahir l’organisme au lieu d’être évacués par les selles. Ils occasionnent ainsi des lésions ou altérations au sein de la muqueuse, une insuffisance en bonnes bactéries et un trop plein de bactéries pathogènes, tout ceci menant à l’inflammation.

Quelles en sont les principales causes ?

De nombreux facteurs peuvent déclencher une hyperperméabilité intestinale :

  • l’alimentation industrielle, transformée, riche en additifs, pesticides, glucides et acides gras saturés.

  • le déséquilibre de la flore intestinale (dysbiose)

  • la prise sur le long terme de médicaments tels que antibiotiques, anti-inflammatoires, corticoïdes, etc.

  • une consommation excessive de tabac ou d’alcool.

  • le sport intensif

  • une déficience en anticorps (notamment IgA) suite à des infections fréquentes bactériennes, virales, parasitaires, mycosiques…

  • les intolérances alimentaires dont l'intolérance au gluten.

  • mais également le stress, facteur important à l’origine de l’inflammation intestinale notamment à cause de la production excessive d’adrénaline et de cortisol, hormones hyperglycémiantes, libérant ainsi du sucre dans le sang et augmentant le stock de graisse abdominale

Quelles sont les principales conséquences de l’hyperperméabilité intestinale ?

 

Les toxiques pénétrant ainsi l’organisme sont à l’origine de 80 % des maladies, souvent infectieuses comme les pathologies ORL, urinaires, pulmonaires, cardiaques, les affections de la peau (acné, eczéma, psoriasis), ou encore les pathologies articulaires.  De nombreux symptômes, diarrhées, constipation, ballonnements, gaz malodorants, douleurs abdominales, fatigue… vont apparaître. 

 

Tout d’abord des troubles de l’intestin, c’est-à-dire des diarrhées ou des selles molles, des ballonnements et des douleurs abdominales.

Puis le passage de ces molécules exogènes dans le sang et dans la lymphe va provoquer une intoxication sanguine (ex : œdème des membres inférieurs)

 

Elle va alors provoquer une fatigue hépatique. Le foie, dont un des nombreux rôles est d’éliminer les déchets va se trouver débordé et ne va plus pouvoir faire face, Les hépatocytes, cellules du foie vont ainsi laisser passer dans la circulation sanguine trop de déchets qui vont rejoindre et encrasser nos différents tissus.

 

Ce processus inflammatoire chronique va donner une réponse immunitaire qui peut,en fonction du terrain de la personne, aboutir à des troubles du système immunitaire.

Les atteintes immunitaires peuvent donner naissance soit à des allergies sous toutes leurs formes (asthme, eczéma, rhinites), soit à des intolérances alimentaires (intolérance au gluten, au lait, à la caséine…) ou bien à des maladies auto-immunes (sclérose en plaques, fibromyalgie, thyroïdite de Hashimoto, polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, lupus érythémateux, syndrome de Sjögren, maladie de Crohn, rectocolite hémorragique).

 

Enfin de nombreux troubles psychologiques en sont issus. En effet on sait maintenant que nos intestins sont constitués de plus de neurones que notre cerveau. Nos intestins sont une véritable usine de neuromédiateurs. Ainsi dans le cas d’une dysbiose intestinale, l’organisme se trouve en déficit de sérotonine, « hormone du bonheur » ou de dopamine qui nous procure la motivation. Soigner son intestin, revient à soigner son cerveau.

Quelles sont les solutions naturopathiques ?

L’alimentation

Comme vous l’avez compris, l’inflammation étant à l’origine de l’hyperperméabilité intestinale, la première des choses à faire va être de supprimer de façon systématique tout aliment inflammatoire le temps de la réparation de la muqueuse. Une réforme alimentaire doit être mise en place.

Le produits laitiers bovins, les sucres raffinés, les produits industriels, le gluten, le café, l’alcool, qui sont particulièrement pro-inflammatoires seront donc à évincer.

La cuisson devra être la plus douce possible et la consommation de légumes et de fruits, de saison, sera privilégiée.

La consommation de protéines sera raisonnable.

Les légumes fermentés (soja, miso, cornichon, ...) sont une excellente source de fibres et de prébiotiques qui vont nourrir les bonnes bactéries de l’intestin, ils sont à favoriser.

Pour l’assaisonnement les huiles vierges crues d’olive, de colza ou encore de noix sont conseillées. Pour la cuisson l’huile de coco, est très intéressante car elle favorise la production des probiotiques et contribue ainsi à réparer la barrière intestinale.

Les graines germées riches en vitamines en minéraux et en fibres, booster du système immunitaire, régénèrent l’organisme et facilitent la digestion.

La mélisse contribue au fonctionnement normal du système intestinal.

La myrtille est riche en anthocyanidines, de puissants antioxydants qui pourraient aider au maintien de la santé et du fonctionnement des muqueuses de l’estomac et de l’intestin grêle. Elle favorise également la circulation du sang dans les micro-vaisseaux.


 

La gestion du stress et des émotions

Le stress, nous l’avons vu, contribue à l’état inflammatoire.

Il sera essentiel d’apprendre à le diminuer et à gérer ses émotions. De nombreuses méthodes existent…Relaxation, aromathérapie, phytothérapie, Fleurs de Bach... Le naturopathe saura vous conseiller en fonction de votre tempérament et de vos besoins.

Comment réparer la muqueuse ?

Il existe différents compléments alimentaires pour réparer la muqueuse. Une réparation demande du temps. Le thérapeute appréciera en fonction de l’anamnèse ( bilan ) et du niveau de la pathologie la durée et le traitement les plus appropriés. En voici quelques exemples.

La Glutamine est une substance protectrice et anti-inflammatoire de l’intestin. Elle favorise la croissance et la réparation de la muqueuse peut être proposée.

La réglisse, grand anti-inflammatoire des muqueuses, associée au curcuma est une association intéressante.

La prise de probiotiques et de prébiotiques pour reconstituer et nourrir les bonnes bactéries peuvent accompagner le traitement.

Les oméga-3, aideront à régénérescence et à la croissance de la muqueuse (huiles de : lin, colza, noix, cameline).

La gemmothérapie peut apporter une aide appréciable : l’olivier, par exemple, pour le syndrome métabolique, le noyer pour l’inflammation et la réparation de la muqueuse et le cassis pour ses propriétés inflammatoires…

En conclusion

Entreprendre la démarche de réparer la muqueuse intestinale est globale et nécessite de remettre en cause toute son hygiène de vie physiologique et émotionnelle, si on souhaite avoir un résultat positif. Le bien-être physique et mental est cependant au bout du chemin !

Célia DISZTL - Naturopathe - 06.67.69.26.20